Nederlands | Français Belgium

“Terrorism and Political Violence Map” 2015 d’Aon : la Belgique est l’une des neuf économies occidentales où la menace terroriste a augmenté

La Belgique occupe la 12ème place mondiale des pays qui fournissent des combattants à la Syrie

Bruxelles, le 6 août 2015 – Les économies occidentales sont exposées à des risques de plus en plus importants en conséquence de l’augmentation de la menace que représentent les extrémistes islamistes. Globalement, les risques liés au terrorisme et à la violence politique ont diminué au niveau mondial. L’Amérique du Sud, notamment, est devenue plus sûre. Dans le monde entier, les attaques terroristes ciblent le plus souvent des entreprises du secteur de la vente de détail.

C’est ce qui ressort de la Terrorism & Political Violence Map (carte du Terrorisme et de la Violence politique) du conseiller en risques et courtier en assurances Aon, qui offre ainsi aux entreprises un point de repère pour réduire les risques liés au terrorisme et à la violence politique.

L’édition 2015 de la Terrorism & Political Risk Map d’Aon offre un tableau varié. Globalement, un plus grand nombre de pays sont devenus plus sûrs (diminution des risques dans 21 pays contre une hausse dans 13 pays) mais dans les pays où la violence politique et le terrorisme se concentrent, la menace gagne en intensité. Une fracture se dessine clairement : les risques se concentrent en Asie du Sud (principalement en Afghanistan et au Pakistan), en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.



[cliquez sur l’illustration pour ouvrir le PDF de la Risk map]

La Belgique, la France et l’Allemagne font face à une augmentation du risque
Dans neuf économies occidentales (Australie, Belgique, Canada, Danemark, Estonie, France, Allemagne, Irlande et Norvège), les risques de terrorisme et de violence politique ont augmenté. Dans de nombreux cas, cette augmentation peut être imputée à l’augmentation de la menace terroriste qui découle en grande partie de l’influence croissante de l’EI et de la menace permanente des partisans d’Al-Qaïda et des groupes qui lui sont liés.

Les principaux risques pour les entreprises sont le risque croissant de conflits armés en raison d’un équilibre changeant et instable du pouvoir au niveau régional et l’accroissement de la menace terroriste dans les économies développées. La rivalité et la volonté de prendre le pouvoir de la mouvance djihadiste mondiale est caractéristique du terrorisme mondial depuis l’apparition de l’EI. La migration d’extrémistes au Moyen-Orient a même réduit la menace dans certains pays comme la Russie. Cependant, à travers le monde, la menace d’actes terroristes a tout de même augmenté en raison du recrutement de combattants prêts à commettre des actes de violence en tout lieu.

La Belgique occupe la 12ème place sur la liste des pays qui fournissent des combattants à la Syrie :

Pourcentage des attaques terroristes par secteur et par pays




Du point de vue des entreprises, les détaillants sont les plus touchés par les attaques terroristes. L’industrie pétrolière est souvent la cible de ces attaques également. Au niveau mondial, l’Irak est le pays le plus touché : 30% des attaques terroristes ont lieu dans ce pays.

Modifications par pays
Le risque de terrorisme et de violence politique a diminué dans 21 pays : Albanie, Bangladesh, Barbade, Bhoutan, Brésil, Costa Rica, Croatie, Cuba, Tchéquie, Egypte, Fiji, Guyane, Honduras, Kirghizstan, Mauritanie, Mongolie, Maroc, Mozambique, Panama, Tunisie et Ouzbékistan.

Dans 13 pays, le risque de terrorisme et de violence politique a augmenté : Australie, Belgique, Canada, Danemark, Estonie, France, Allemagne, Irlande, Lesotho, Norvège, Arabie Saoudite, Tanzanie et Ukraine.

Evolutions par région
Les résultats les plus positifs ont été enregistrés en Amérique du Sud : dans cette région, le niveau de risque a diminué dans sept pays dont Cuba et le Honduras, où cela se produit pour la première fois de la décennie. C’est la conséquence de l’avancée de la lutte contre le terrorisme et des actions qui ont mis fin aux conflits qui duraient depuis longtemps en Colombie et au Pérou.

Les efforts géopolitiques croissants dans certaines parties d’Europe de l’Est et d’Eurasie ont permis à l’Ukraine et à l’Estonie de réaliser de bons résultats en termes de risque. Les manœuvres militaires et l’augmentation des dépenses pour la défense de la Russie ont augmenté la menace de conflits armés dans cette région. Le tableau général pour le reste de la région est plutôt positif. Ce constat s’applique également à l’Asie Centrale, où trois évaluations des risques ont diminué.

Dans la région africaine du Sud-Sahara se trouvent la plupart des pays présentant un risque élevé (16). Le mécontentement à l’égard du gouvernement et les problèmes socio-économiques y mènent à des troubles civils et à des conflits, entraînant l’apparition d’un 'triangle des risques’ entre le Nigeria, la Somalie et la Lybie. L’Afrique du Sud, quant à elle, offre une image positive en tant que sous-région relativement stable. Le Moyen-Orient présente une image comparable, avec une grande différence de risque entre les Etats du Golfe, stables et prospères, et le Levant, le Yémen et le Bahreïn.

L’importance de la menace terroriste pour les entreprises belges ayant une orientation internationale
Selon Bart Goossens, CCO d’Aon Belgique, le suivi des évolutions par région dans le domaine du terrorisme et de la violence politique est donc d’autant plus pertinent.
“Pour les entreprises belges ayant une orientation internationale, il est important d’examiner les conséquences que peut avoir la menace terroriste, de développer un certain nombre de scénarios du pire qui puisse se produire et de surveiller de près les évolutions. Lorsqu’une entreprise court un risque, il est utile de disposer d’un plan d’action en cas d’attaque terroriste ou de violence politique. Il faut une bonne gestion des crises pour pouvoir lutter contre l’impact considérable de ce type d’événement. La sécurité du personnel, une grande pression sur l’information et la communication, une harmonisation nécessaire avec la police et les autorités, la continuité des services et pouvoir supporter les conséquences financières et les dommages dévastateurs ne sont que quelques-uns des principaux défis à relever.”

A propos de la Risk Map :
La Terrorism & Political Violence Map d’Aon, réalisée en collaboration avec The Risk Advisory Group a pour objectif d’offrir aux entreprises une vision du paysage mondial en matière de risques et de les aider à évaluer ces risques. Ces évaluations sont une représentation des estimations générales du risque de violence politique et elles s’appuient en grande partie sur des données empiriques et des méthodes analytiques de même type. Chaque pays se voit attribuer des résultats (négligeable, faible, moyen, élevé ou grave) pour les risques en matière de terrorisme, de troubles civils (comme des grèves, des affrontements et des manifestations civiles) et de conflits (comme des révoltes et des guerres). Les trois variables déterminent ensemble le résultat total pour un pays.

Les évaluations de risques sont basées sur les données du TerrorismTracker des douze derniers mois, les données et les informations de The Risk Advisory Group et une concertation entre des experts de The Risk Advisory Group et Aon.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site Web www.aon.com/terrorismmap.

A propos d’Aon Aon est un des leaders en conseil de courtage d’assurances, de réassurances, de gestion des risques, ainsi qu’en conseil actuariel pensions et en employee benefits. Notre mission consiste à contribuer à la réalisation des objectifs de nos clients en exploitant tout le potentiel du marché des assurances. Aon Belgique dispose d’une équipe dévouée de près de 370 collaborateurs répartis entre les 4 succursales (Anvers, Bruxelles, Gand et Liège). Aon Belgium est la filiale belge d’Aon plc basé à Londres. Le groupe réunit 69.000 personnes disséminées dans 500 bureaux à travers plus de 120 pays. Ce qui fait d’Aon une des sociétés les plus influentes au niveau mondial en matière de gestion des risques, de courtage en (ré) assurances, ainsi qu’en conseil en ressources humaines. Aon plc est coté à la bourse de New York (NYSE:AON). Aon est sponsor de Manchester United, plus d’infos sur www.aon.com/manchesterunited. En savoir plus sur Aon : www.aon.be.