English | French Canada

Nouvelles d'Aon Canada

Rapport Aon : l’inflation des coûts médicaux au Canada a tendance à être inférieure à la moyenne mondiale

 

TORONTO (1 novmebre 2018) – Les coûts des soins médicaux payés par les employeurs du monde entier devraient augmenter de près de 8 % en 2019, bien au-delà du taux d’inflation général moyen de près de 3 %. La hausse moyenne prévue avant toute modification du régime en matière de coûts des soins médicaux et pharmaceutiques pour les régimes de soins de santé offerts par les employeurs de 7,8 % en 2019 est légèrement inférieure à la hausse de 8,4 % en 2018, en raison des mesures de limitation des coûts des employeurs, d’un approvisionnement plus rigoureux de produits médicaux, de nouvelles initiatives d’amélioration de la santé et de taux d’inflation projetée plus faibles à l’échelle mondiale. 

Tendances distinctives au Canada


Pour la deuxième année consécutive, l’inflation des coûts médicaux au Canada a tendance à être inférieure aux moyennes mondiale et nord-américaine. C’est un changement par rapport aux tendances pluriannuelles du début de la décennie, qui avaient vu l’inflation approcher les normes mondiales (environ 8 %). Selon l'analyse réalisée par Aon sur les régimes de soins médicaux complémentaires, les coûts médicaux au Canada devraient augmenter de 6,0 % en 2019, soit essentiellement la même hausse que celle attendue en 2017. En supposant un taux d'inflation général annuel de 2,1 % pour 2019, le taux des coûts médicaux net ne devrait être que de 3,9 %. 

Un taux d'inflation médicale inférieur à la tendance globale est une bonne nouvelle pour les employeurs offrant des avantages sociaux au Canada. Toutefois, l'avenir est incertain. Les Canadiens sont toujours tributaires des coûts des médicaments sur ordonnance parmi les plus élevés au monde. On envisage d'explorer un régime national de médicaments sur ordonnance, mais personne n'est sûr de la forme qu'il pourrait prendre, de la date de son lancement ou de la participation de toutes les provinces. Il reste encore de nombreuses inconnues à propos de ce projet, car il n’en est qu’à la phase de consultation. Les promoteurs de régime devraient en rester à leurs stratégies actuelles en matière d’avantages et d’assurance-médicaments, et ne commencer à envisager des changements que lorsque des informations plus concrètes sur un régime national seront annoncées.

Les Canadiens ont la chance d'avoir accès à de nouveaux niveaux de soins, mais cet accès a un prix. « Au Canada, l’inflation des coûts est largement tributaire des médicaments sur ordonnance coûteux, car de nombreux services de santé de base sont fournis par le biais de régimes provinciaux, a déclaré Cathy Perron, vice-présidente principale et responsable de marché pour le Québec, Assurance collective, Aon. Ces traitements, bien que coûteux, changent souvent la donne en ce sens qu'ils permettent aux employés de rester actifs et productifs d'une façon qui serait impossible autrement. »

« Bien qu'il soit heureux que les coûts soient soumis aux effets d'une inflation modérée continue, on peut habituellement s'en sortir, mais uniquement grâce à une bonne gouvernance et à un examen minutieux de la conception des régimes et des facteurs de coûts. Selon notre expérience, les employeurs qui cherchent à limiter les augmentations des coûts et à garantir une utilisation durable - tout en équilibrant l’accès des employés aux soins - doivent examiner les principales caractéristiques de leur main-d’œuvre, et déterminer les meilleures solutions et options de gestion du régime », a ajouté Mme Perron.

 

Relation avec les médias

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Alexandre Daudelin, +1.514.982.4910.

Nos représentations dans le monde