English | French Canada

Nouvelles d'Aon


Les employeurs prévoient des hausses de salaire légèrement supérieures pour 2019 à celles octroyées en 2018

 
  • Rapport Aon : les employeurs prévoient accorder des augmentations de salaire presque stables,
  • Moins d'organisations prévoient un gel de salaire en 2019.
 

TORONTO (24 septembre 2018) – Bien que le taux de chômage au Canada soit à son plus bas niveau depuis quatre décennies, une nouvelle étude réalisée par Aon, le principal fournisseur mondial d’une vaste gamme de solutions pour la gestion du risque, des régimes de retraite et des programmes de santé, suggère que les employés peuvent s'attendre à des augmentations salariales légèrement supérieures en 2019. Le rapport d'Aon 2018-2019 sur la planification des salaires au Canada, fondé sur une enquête réalisée auprès de 365 entreprises, prévoit une hausse du salaire de base de 2,8 % en 2019, légèrement supérieure à l’augmentation salariale moyenne de 2,7 % enregistrée en 2018 (comprenant le gel et la réduction des salaires). Seul 0,3 % des entreprises interrogées prévoient mettre en place un gel des salaires l’année prochaine, contre 2 % des organisations ayant déclaré un gel en 2018.

Citation :

« Même si le marché du travail dans de nombreux pays est robuste selon les normes historiques, la hausse des augmentations de salaire correspondante n’a pas encore atteint la vitesse supérieure, a déclaré Yanina Koliren, associée principale et responsable des sondages et des solutions de rémunération globale chez Aon. Les employeurs mettent clairement l'accent sur l'amélioration de la productivité et la gestion d'un environnement commercial incertain, alors que la persistance d'une inflation modérée limite sans aucun doute les attentes salariales globales des employés. »
« Bien que les attentes en matière d’augmentation salariale pour l’année prochaine demeurent inchangées, il n'y a pas que de mauvaises nouvelles pour les employés canadiens, a déclaré Suzanne Thomson, conseillère principale de la pratique Talent, rémunération et rendement d’Aon. L'augmentation des salaires pourrait être limitée, mais les inconvénients le sont aussi, car moins d'organisations prévoient un gel l'année prochaine. Le rendement demeure le principal moteur des décisions en matière de rémunération parmi les entreprises canadiennes, ce qui donne à penser que les meilleurs employés continueront d’être rémunérés au-delà des taux généraux d’augmentation des salaires. »

Quelques chiffres importants :

  • Dans tous les groupes d’employés, l’augmentation du salaire de base prévue en 2019 est de 2,8 %, en hausse de 0,1 point de pourcentage par rapport à l’augmentation réelle de 2018.
  • Seul 0,3 % des organisations participantes prévoient mettre en oeuvre un gel de salaire en 2019, poursuivant ainsi une tendance à la baisse du gel des salaires qui perdure depuis trois ans.
  • Le taux moyen de roulement du personnel a diminué en 2018, passant à 10,2 % contre 12,6 % en 2017.
  • Les organisations ont alloué en moyenne 27,6 % de leur budget aux primes de rémunération variable accordées aux dirigeants et cadres supérieurs en 2018, et prévoient y attribuer 31,3 % de leur budget en 2019.
  • Les secteurs dans lesquels les salariés peuvent s'attendre à des hausses supérieures à la moyenne en 2019 comprennent les médias et les services financiers non bancaires (3,3 %), les équipements médicaux (3,2 %), les mines, ainsi que le secteur de la construction et de l'ingénierie (3,1 %).
  • Les augmentations moins élevées que la moyenne toucheront les secteurs bancaire, des télécommunications, ainsi que des transports et de la logistique en matière de transports (tous à 2,4 %).

 

Relations avec les médias

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Alexandre Daudelin, +1.514.982.4910.  

Nos représentations dans le monde