English | French Canada

Nouvelles d'Aon Canada

Selon un rapport d’Aon, on s’attend à une hausse des coûts des soins médicaux des employeurs de près de trois fois le taux d’inflation en 2019, dans le monde

L’inflation des coûts médicaux au Canada a tendance à être inférieure à la moyenne mondiale

TORONTO (23 octobre 2018) – Les coûts des soins médicaux payés par les employeurs du monde entier devraient augmenter de près de 8 % en 2019, bien au-delà du taux d’inflation général moyen de près de 3 %. Voici ce qu’indique le rapport « 2019 Global Medical Trend Report » publié par Aon, le principal fournisseur mondial d’une vaste gamme de solutions pour la gestion du risque, des régimes de retraite et des programmes de santé. La hausse moyenne prévue avant toute modification du régime en matière de coûts des soins médicaux et pharmaceutiques pour les régimes de soins de santé offerts par les employeurs de 7,8 % en 2019 est légèrement inférieure à la hausse de 8,4 % en 2018, en raison des mesures de limitation des coûts des employeurs, d’un approvisionnement plus rigoureux de produits médicaux, de nouvelles initiatives d’amélioration de la santé et de taux d’inflation projetée plus faibles à l’échelle mondiale.

« Même s’ils sont au plus bas par rapport aux années antérieures, les taux d’évolution des coûts médicaux de 2019 restent extrêmement élevés. Nous prévoyons une indexation des coûts continue en raison du vieillissement de la population mondiale, des mauvaises habitudes de vie dans les pays émergents, d’un transfert de coûts des programmes de soins de santé sociaux et de la prévalence et de l’utilisation accrues de régimes de soins de santé offerts par les employeurs dans de nombreux pays », a déclaré Wil Gaitan, vice-président principal et actuaire-conseil mondial chez Aon.

Les taux d’évolution des coûts médicaux projetés varient grandement d’un pays à l’autre. Ainsi, les taux moyens de cotisation des assurances médicales des pays du Moyen-Orient/Afrique et de l’Amérique latine seront les plus élevés, à 13,7 % et 13,2 %, respectivement. Comparativement, les hausses des taux moyens de cotisation des assurances médicales en Europe et en Amérique du Nord resteront inférieures à 10 %, l’Europe enregistrant la hausse la moins forte à 5,1 %.

Tendances distinctives au Canada Pour la deuxième année consécutive, l’inflation des coûts médicaux au Canada a tendance à être inférieure aux moyennes mondiale et nord-américaine. C’est un renversement par rapport aux tendances pluriannuelles du début de la décennie, qui avaient vu l’inflation approcher les normes mondiales (environ 8 %). Selon l'analyse réalisée par Aon sur les régimes de soins médicaux complémentaires, les coûts médicaux au Canada devraient augmenter de 6,0 % en 2019, soit essentiellement la même hausse que celle attendue en 2017. En supposant un taux d'inflation général annuel de 2,1 % pour 2019, le taux des coûts médicaux net ne devrait être que de 3,9 %.

Un taux d'inflation médicale inférieur à la tendance globale est une bonne nouvelle pour les employeurs offrant des avantages sociaux au Canada. Toutefois, l'avenir est incertain. Les Canadiens sont toujours tributaires des coûts des médicaments sur ordonnance parmi les plus élevés au monde. On envisage d'explorer un régime national de médicaments sur ordonnance, mais personne n'est sûr de la forme qu'il pourrait prendre, de la date de son lancement ou de la participation de toutes les provinces. Il reste encore de nombreuses inconnues à propos de ce projet, car il n’en est qu’à la phase de consultation. Les promoteurs de régime devraient en rester à leurs stratégies actuelles en matière d’avantages et d’assurance-médicaments, et ne commencer à envisager des changements que lorsque des informations plus concrètes sur un régime national seront annoncées.

Les Canadiens ont la chance d'avoir accès à de nouveaux niveaux de soins, mais cet accès a un prix. « Au Canada, l’inflation des coûts est largement tributaire des médicaments sur ordonnance coûteux, car de nombreux services de santé de base sont fournis par le biais de régimes provinciaux, a déclaré Cathy Perron, vice-présidente principale et responsable de marché pour le Québec, Assurance collective, Aon. Ces traitements, bien que coûteux, changent souvent la donne en ce sens qu'ils permettent aux employés de rester actifs et productifs d'une façon qui serait impossible autrement. »

« Bien qu'il soit heureux que les coûts soient soumis aux effets d'une inflation modérée continue, on peut habituellement s'en sortir, mais uniquement grâce à une bonne gouvernance et à un examen minutieux de la conception des régimes et des facteurs de coûts. Selon notre expérience, les employeurs qui cherchent à limiter les augmentations des coûts et à garantir une utilisation durable - tout en équilibrant l’accès des employés aux soins - doivent examiner les principales caractéristiques de leur main-d'oeuvre, et déterminer les meilleures solutions et options de gestion du régime », a ajouté Mme Perron.

De mauvaises habitudes de vie, principal facteur de la hausse des coûts

Le rapport d’Aon a confirmé l’incidence accrue sur les coûts en soins de santé des maladies non transmissibles à l’échelle mondiale. Dans le monde entier, le cancer et les affections cardiovasculaires (hypertension artérielle, diabète et troubles respiratoires, par exemple) ont représenté les problèmes de santé les plus fréquents à l’origine des demandes de règlement pour soins de santé. Le rapport d’Aon confirme également la prédominance croissante des risques inhérents à de mauvaises habitudes de vie à l’échelle internationale : hypertension artérielle, taux élevé de cholestérol, inactivité physique, alimentation inadéquate et obésité, notamment.

« La plupart des facteurs de risque entraînent fréquemment des problèmes chroniques impliquant des frais médicaux extensifs, qui se traduisent par un traitement dispendieux et une hausse à long terme des coûts de soins médicaux », a observé Tim Nimmer, actuaire en chef en soins de santé chez Aon. « Les employeurs peuvent jouer un rôle clé en motivant les employés et leurs familles à veiller à leur bonne santé, notamment en participant à des activités de santé et de bien-être et en gérant de manière plus efficace les maladies chroniques. »

Stratégies des employeurs pour alléger les coûts des soins médicaux

Afin de réduire les coûts, le rapport d’Aon suggère aux entreprises de continuer à appliquer les stratégies traditionnelles, par exemple en ajustant les modèles de régimes, en contrôlant les utilisations déraisonnables des régimes et en négociant les taux de cotisation auprès des assureurs. Le rapport révèle également que les employeurs sont proactifs et qu’ils conçoivent de plus en plus de programmes visant à réduire les problèmes de santé chroniques, tels des dépistages ou des programmes mettant en avant l’importance d’une alimentation saine ou de l’activité physique.

Ces stratégies varient d’un pays à l’autre. Ainsi, en Amérique du Nord, au Moyen-Orient et en Asie, la stratégie la plus fréquente reposait sur des mesures de limitation des coûts. En Europe, en Asie-Pacifique et en Amérique latine, des initiatives de bien-être, notamment en matière de dépistage et d’information, mais aussi des stratégies de prévention telles que la vaccination, ont été plus fréquentes.

« Nous observons également l’émergence de données de demandes de règlement plus élaborées et largement comparables dans plusieurs pays en dehors des États-Unis. Ce sont des données essentielles pour les employeurs qui souhaitent prioriser leurs interventions », souligne François Choquette, leader, Avantages mondiaux chez Aon. « Pour commencer à surmonter ces défis, les employeurs doivent optimiser le modèle de régime, la stratégie financière et les formats de leurs assurances médicales à l’échelle mondiale. Sur le long terme, la solution structurelle implique de favoriser activement une main-d’oeuvre saine, en commençant par des avantages en soins de santé robustes pour tous les employés de la société ainsi que pour leurs familles. »

Méthodologie

Le rapport d’Aon tient compte des taux d’évolution des coûts médicaux projetés des régimes de soins de santé offerts par les employeurs dans 103 pays, d’après des données fournies par les professionnels, les clients et les assureurs d’Aon représentés dans le portefeuille des activités en matière d’assurance médicale d’Aon dans chaque pays.

 

Relation avec les médias

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Alexandre Daudelin, +1.514.982.4910.

Nos représentations dans le monde