Nederlands | Français Belgium

Global Risk Management Survey 2019

 

Les entreprises n’ont jamais été aussi mal préparées aux risques: la « risk readiness » la plus faible depuis 12 ans

  • Retard économique, atteinte à la réputation et facteurs du marché à l’évolution rapide sont les 3 risques majeurs pour les entreprises en 2019
  • Les entreprises expriment leurs inquiétudes : elles n’ont jamais été aussi peu préparées aux risques car ceux-ci ne sont pas assurables
  • Discuter de la gestion des risques au niveau de la direction

 

Le conseiller en risques et assurances Aon interroge tous les deux ans des milliers de gestionnaires de risques, de directeurs financiers et d’autres responsables d’entreprises dans soixante pays et trente-trois secteurs d’activités pour déterminer les principaux risques et défis auxquels les entreprises sont confrontées. Cette année encore, les conclusions ne manquent pas de surprendre. Cinq risques évoqués cette année font leur apparition dans le top 15 du Global Risk Management Survey 2019 d’Aon.

Des gestionnaires de risques expriment leurs inquiétudes: risques non assurables

Le déclin économique est le risque majeur aux yeux des personnes interrogées. L’atteinte à la réputation a été citée comme le deuxième risque le plus important. L’accélération de l’évolution des facteurs du marché, sous la pression d’une politique commerciale internationale plus protectionniste, y compris la réglementation plus stricte et les tensions géopolitiques, occupent la troisième place.

À noter que les gestionnaires de risques ont reconnu, depuis les douze années qu’Aon mène cette enquête, n’avoir jamais été aussi peu préparés aux risques. La raison en est que nombre de risques majeurs, dont le déclin économique et la concurrence exacerbée, ne sont pas assurables.

Discuter de la gestion des risques au niveau de la direction

« Les gestionnaires de risques doivent donc se concentrer plus sur la gestion des risques plutôt que sur le transfert des risques afin de limiter ces menaces », a déclaré Philip Alliet, PDG d’Aon BeLux. « Prédire l’avenir en se basant sur le passé n’est plus une stratégie efficace pour éviter des risques. Dans le monde complexe et dynamique actuel, les entreprises sont confrontées à une volatilité et à une incertitude inédites. Les résultats de l’enquête révèlent que les entreprises éprouvent des difficultés à se préparer aux risques nouveaux et changeants comme la cybercriminalité, le changement climatique et les risques géopolitiques et à les maîtriser. Autant de facteurs qui, en corrélation avec une économie plus compétitive et mondialisée, donnent lieu à la plus faible ‘risk readiness’ jamais recensée. La gestion des risques doit donc, selon moi, être discutée au niveau de la direction de l’entreprise et harmonisée avec la conformité, la gestion des crises, la gestion de la poursuite des activités et la sécurité informatique. »

Les 15 risques majeurs au niveau mondial

 
Retard économique 2019 2017
Atteinte à la réputation 1 2
Evolution accélérée des facteurs du marché 2 1
Snel veranderende marktfactoren 3 38
Interruption d’activité 4 8
Concurrence exacerbée 5 3
Cyberattaques / fuites de données 6 5
Prix des matières premières 7 11
Cash-flow / risques de liquidités 8 12
Capacité d’innovation insuffisante 9 6
Législation et réglementation changeantes 10 4
Attraction et rétention de talents 11 7
Distribution et fournisseurs 12 19
Capital / risque de crédit 13 21
Technologie disruptive 14 20
Incertitude politique 15 9

Les risques de l’avenir

En dehors du changement climatique, il existe d’autres risques qui entreront dans le top 15 dans les prochaines années. Le vieillissement des effectifs a fait un immense bond en avant en 2019 (de la place 37 en 2017 à la place 20 en 2019) et s’approchera probablement de la 13e place en 2022. Même si les cyberattaques et les fuites de données occupent à l’heure actuelle la 6e place au niveau mondial, des participants d’Amérique du Nord leur attribuent même la première place. Selon les prévisions, elles représenteront le deuxième risque mondial le plus important en 2022. Les technologies disruptives représentent aussi une inquiétude croissante (de la 20e à la 14e place) qui ne fera que s’intensifier dans les années à venir.

À propos de la Global Risk Management Survey d’Aon

Aon organise la Global Risk Management Survey depuis 2007 tous les deux ans. Lors du dernier trimestre de 2018, Aon a interrogé 2 672 gestionnaires de risques, directeurs financiers et d’autres responsables dans 60 pays et 33 secteurs d’activités. Pas moins de 48 % des personnes interrogées travaillent dans des entreprises ou organisations européennes de toutes tailles.

Aon’s 2019 Global Risk Management Survey